Bienvenue
Good Vibes Only !
 
 
Disponible aujourd'hui de 8h à 18h
 
LogoEL1

Galerie Emmanuel Landon . Souvenir . Livres . Films . Poésies

"Réflexions Résonantes: Souvenirs, Films, Livres, Poésie et Croissance Personnelle"

Cultivez la précieuse semence de l'ouverture d'esprit, nourrissant ainsi votre évolution personnelle. Laissez la curiosité être votre guide à travers les pages captivantes des livres, les toiles en mouvement du cinéma et les vers enchanteurs de la poésie. Dans cette exploration, vous découvrirez la clé d'une croissance personnelle florissante, qui s'épanouit au sein de la diversité des expériences artistiques. En parcourant les sentiers de mon site dédié au bien-être, vous êtes chaleureusement convié(e) à explorer cette aspiration profonde qui résonne en vous. Chaque élément y est soigneusement tissé pour inspirer et accompagner votre voyage vers l'épanouissement personnel, que ce soit après une consultation ou une formation. N'est-ce pas ?

Le développement personnel se manifeste à chaque tournant de votre chemin de vie. Les rencontres, les histoires des personnes croisées, vos choix - chaque élément exerce une influence sur vous. Découvrir ce qui vous fait vibrer et vous inspire est la clé pour créer votre propre bulle de bien-être.

 Chaque pas que vous faites dans la direction de vos aspirations renforce la fondation de votre bien-être. N'attendez pas, car chaque instant est une opportunité de sculpter la vie que vous désirez. Commencez maintenant, avec détermination et ouverture, et observez comment chaque petit progrès contribue à l'épanouissement.

Article 1 : Les images – émotions qui colorent nos vies !

Les images – émotions qui colorent nos vies

« L’homme est affecté du même sentiment de joie et de tristesse par l’image d’une chose passée ou future que par l’image d’une chose présente. » . Spinoza .

 

Je vous propose de réfléchir aujourd’hui à un chapitre du livre « Spinoza antistress » d’Heloïse Guay de Bellissen. Ce livre offre 99 « pilules philosophiques » pour penser et agir différemment. Cet opus traite d’un sujet crucial : la diminution du stress.

Grâce à Baruch Spinoza, nous allons peut-être gagner en sérénité.

Revenons donc à ce chapitre illustré par la citation :

« L’homme est affecté du même sentiment de joie et de tristesse par l’image d’une chose passée ou future que par l’image d’une chose présente. »

Elle signifie que ce qui nous touche nous touche de manière intemporelle. Au fil de nos expériences, nous collectons des images mentales auxquelles sont associées des émotions (et même des sentiments quand le ressenti est plus long).

 

A partir de notre mémoire et de notre imagination, nous pouvons tourner les pages de ces albums au hasard ou orienter notre regard intérieur vers des images qui nous font du bien. Quels souvenirs positifs puis-je rappeler à ma conscience ? Quels sont mes espoirs pour le futur ?

Mais, quoi qu’il en soit, acceptons l’émotion que déclenche en nous ces images car elles ne nous obsèderons ainsi moins. Ce constat est surtout valable pour les émotions désagréables. Et qui sait, nous pourrions aussi tenter de transformer une émotion désagréable comme la peur, après l’avoir pleinement accueillie, en émotion agréable grâce à l’humour.

Mais ces ressentis désagréables sont aussi des preuves. Preuves que nous résonnons avec la vie car nous sommes humains, vivants et réceptifs. Tout simplement.

Nous, humains, incarnons aussi des images changeantes qui se colorent au contact d’autres images réelles ou imaginaires.

Alors, inutile d’essayer de nous tromper en voulant donner une « bonne image » de nous-même car cela reviendrait à nous mentir pour nous adapter aux images qu’attendent les autres de nous.

Soyons nous-même. Acceptons-nous ainsi et nous trouverons une galerie d’images (nouvel environnement) où nous serons appréciés pour ce que nous sommes comme par magie. D’ailleurs, l’anagramme d’image est justement magie. 

Article 2 : Intelligence émotionnelle : instaurer un dialogue avec votre enfant intérieur

Dans son livre « les 50 règles d’or de l’intelligence émotionnelle », Latifa Gallo nous invite à rétablir un dialogue avec notre enfant intérieur en nous proposant une technique basée sur l’imagination et la pleine conscience. Elle permet de libérer les émotions bloquées, de se réconcilier avec son passé et de guérir son estime de soi.

 

* Voici comment elle nous conseille de procéder :

  • Choisissez une photo de vous enfant
  • Prévoyez un moment de calme
  • Asseyez-vous et posez la photo devant vous
  • Commencez à parler avec cet enfant en lui disant ce que vous auriez aimé entendre étant enfant
  • Consolez-le s’il est triste, rassurez-le s’il a peur, dites-lui que vous comprenez s’il est en colère
  • Rassurez-le en lui disant que vous prendrez soin de lui à partir de maintenant
  • Imaginez-vous le prendre dans vos bras et lui offrir votre chaleur et votre empathie
  • Gardez cette photo près de vous et regardez-la régulièrement.
  • Vous pouvez aussi refaire l’exercice dès que vous en éprouvez le besoin

 

La confrontation avec sa propre histoire non seulement permet d'ouvrir les yeux sur l'enfant tel qu'il continue d'exister en chacun de nous, mais réduit aussi le blocage de la pensée et de la sensibilité en général. - Alice Miller -

 

Guérir des blessures de son passé : dialogue avec l’enfant intérieur.

Se poser les bonnes questions, c’est résoudre nos principaux problèmes. Mais ces questions nous échappent parfois ou nous les formulons mal.

C’est souvent parce qu’une partie protectrice oeuvrant dans notre inconscient nous empêche de nous les poser. Ces blocages nous empoisonnent la vie et cachent les véritables blessures. Analyse et solutions avec le témoignage de François Le Doze.

Combien de fois vous est-il arrivé de refuser des invitations ou des occasions en les dénigrant puis en vous convaincant que vous avez fait le bon choix ?

Combien de fois s’est déjà élevée cette petite voix pour critiquer vos actes et vous empêcher d’avancer ?

De nombreuses fois n’est-ce pas ?

 

Et si la question et la réponse se trouvaient dans notre passé ? Vous vous en doutiez, j’imagine.

Pour s’en convaincre, il suffit de se demander si nous avions ce type de blocage lorsque nous étions enfants ?

Vous ne vous en souvenez probablement pas mais observez le comportement des bébés autour de vous ?

Hésite-t-il à réclamer lorsqu’ils ont faim ? A rire quand ils sont heureux ? A pleurer quand ils sont tristes ? A exprimer leur colère ? Leur amour ?

Non ! Le bébé n’a pas encore vécu les désillusions que nous avons rencontrées. Il n’a pas subi les assauts de la forteresse de notre estime de soi avec les mauvaises expériences que nous avons vécues.

Le bébé n’a pas besoin d’un système d’auto-défense pour l’en protéger. Nous si. La question est : ce système contribue-t-il à notre bonheur ?

 

La vidéo TEDx ( https://youtu.be/Pd8AvecXpy8?si=5MkV0Yi5_39HXL2Z )que vous allez voir aujourd’hui est précieuse pour nous guider dans la résolution de ces noeuds du passé qui étranglent notre vie.

Ils sont issus de situations blessantes ou humiliantes, de frustrations, de tristesse… Notre inconscient s’est donc évertué à nous protéger de ce danger. Comment ?

En nous obligeant à adopter des habitudes et rituels qui nous évitent de replonger dans le feu et la douleur.

Cela crée des blocages. Comme si des routes parfaitement praticables étaient barrées par notre inconscient.

 

Pour surmonter ces blocages, il existe plusieurs possibilités.

Celle que François Le Doze nous présente est une introspection. Elle lui a permis de parler directement à la source de son blocage : cet enfant de 8 ans qui ne pouvait se confier à l’époque.

 

Cet enfant était protégée par la voix critique du conseiller jusqu’à maintenant. Il a suffi de donner une permission pour que les croyances se modifient.

La clé est l’amour et la compassion.

 

Quelques suggestions :

 

  • Affrontez la source de vos blocages en regardant à l’intérieur de vous, dans votre passé.
  • Identifiez ces blocages et écrivez-les sur une feuille avec des détails sur les circonstances de leur apparition.
  • Projetez-vous totalement dans le passé et guérissez l’enfant que vous voyez. Dites-lui que vous l’aimez, que vous comprenez ce qu’il ressent. Qu’il a le droit d’avoir peur, d’être triste. Entourez-le de votre compassion et de votre bienveillance.
  • Donnez-lui les permissions qui lui manquent :
    Tu as la permission d’être toi-même.

     

    Tu as la permission d’être un garçon ou une fille.

    Tu as la permission d’éprouver du plaisir.

    Tu as la permission de faire confiance.

    Tu as la permission d’appartenir à un groupe.

    Tu as la permission d’être proche.

    Tu as la permission d’être un enfant.

    Tu as la permission de grandir.

    Tu as la permission de savoir.

    Tu as la permission de penser.

    Tu as la permission de réussir.

    Tu as la permission d’être triste.

    Tu as la permission d’avoir peur.

    Tu as la permission d’être en colère.

    Tu as la permission d’être joyeux.

    Tu as la permission d’exister.

    Tu as la permission d’être en bonne santé.

 

Article 2 : Vous voulez améliorer votre vie ? Ecrivez-vous une lettre

Vous voulez améliorer votre vie ? Ecrivez-vous une lettre

Je vous avais expliqué il y a peu une manière d’élaborer des objectifs que vous serez sûr d’atteindre.

Le sujet du jour corrobore l’efficacité de la méthode en y ajoutant une touche « magique » et littéraire.

Rassurez-vous, rien d’ésotérique là-dedans. Il s’agit uniquement d’un raccourci qui utilise les formidables capacités de notre cerveau. Prêt ?

Posons le cadre. Nous sommes à la Kellogg School of Management. Trois professeurs ont décidé de tester leurs étudiants quant à leur sens éthique.

Ils leur ont exposé le problème suivant :

« Vous avez besoin d’un nouvel ordinateur, mais vous êtes à court d’argent. Votre ami vous dit qu’il connaît un type qui peut vous obtenir exactement ce que vous voulez pour pas cher et qu’il suffit juste de ne pas demander d’où le matériel provient.

Vous êtes un peu stressé et l’offre est alléchante. Prenez-vous l’ordinateur même si vous êtes à peu près sûr qu’il a été volé? »

 

Les professeurs savaient qu’un groupe d’élèves allaient répondre non. Comment  ? Je vous explique :

Ce que je ne vous ai pas encore révélé est l’étape préalable à la question.

En effet, les professeurs ont demandé à une partie des étudiants de s’écrire une lettre sur ce qu’ils sont aujourd’hui en s’imaginant 20 ans dans le futur.

A l’autre partie, il a été demandé de s’écrire une lettre en ne s’imaginant que dans 3 mois.

 

La décision la plus éthique, id est refuser l’ordinateur volé, fut prise par la totalité des étudiants ayant écrit la lettre en se projetant dans 20 ans.

 

Explication de cet « étrange » phénomène

Lorsque nous imaginons notre avenir proche, nous ne sommes pas objectifs. Nous le faisons avec notre état d’esprit du moment.

Quand nous imaginons un avenir lointain, nous devenons omniscients, comme si nous assistions à la scène ou lisions un livre. Ainsi, nous prenons de meilleures décisions.

 

Le fait de rédiger une lettre comme celle qui a été demandée aux étudiants facilite la connexion avec cette vision omnisciente et favorise la prise de bonnes décisions.

 

Comment s’y prendre pour s’écrire une lettre ?

– projetez-vous dans 20 ans et imaginez-vous tel que vous voulez être. Au plus la distance est longue, au plus vous aurez de chances d’atteindre vos objectifs.

– soyez précis. Décrivez le processus qui vous aura permis d’atteindre votre moi idéal dans le futur. Quelles seront les valeurs de ce moi, ses habitudes, son environnement, etc. Faites comme si vous étiez déjà.

– procédez de la même manière pour chaque point que vous souhaitez améliorer dans votre vie (perte de poids, vie sociale, vie amoureuse, travail, maison…)

 

Voici LA méthode pour se fixer des objectifs (et les atteindre) : Be SMART !

 

En P.N.L., il existe une méthode efficace pour fixer des objectifs qui mobiliseront votre motivation, votre concentration et vous donneront envie de recommencer jusqu’à atteindre LE grand but de votre vie : votre rêve. La voici.

 

Cette méthode se résume en un acronyme : S.M.A.R.T.

Vous n’avez besoin que d’un cahier, d’un stylo, de 30 à 60 minutes de calme pour l’appliquer.

 

Un objectif S.M.A.R.T. est :

Simple/Spécifique
Mesurable
Ambitieux
Réaliste
Temporel

 

Simple/Spécifique

L’énoncé d’un objectif doit être simple, compréhensible par tous et précis. L’énoncé est la partie la plus importante de processus.

Pour la rédaction, utilisez uniquement des tournures positives. Oubliez les négations.

Pour une raison simple : votre inconscient, qui va vous aider dans la réalisation de vos objectifs, considère chaque phrase que vous lui transmettez comme une affirmation. Ainsi, lorsque vous vous dites : « j’espère que cela n’arrivera pas. », lui reformule en se disant : « tiens, je vais atteindre ce qui ne devrait pas arriver ».

 

 

Mesurable

L’approximation est l’ennemie de l’efficacité. Votre objectif doit être mesurable. Vous devez être capable de vous dire : « le but est atteint » ou « le but n’est pas atteint ».

Il n’y a pas de « le but est presque atteint ». Ainsi, si vous souhaitez perdre du poids, fixez le nombre de kilos que vous souhaitez perdre. Idem si vous envisagez de gagner de l’argent : de quelle somme parlez-vous ?

Cela fonctionne aussi pour les notions plus abstraites : je veux être plus célèbre va se transformer en « combien de j’aime en plus sur ma page Facebook » ou encore « combien de contacts supplémentaires dans mon carnet d’adresses ».

Ambitieux

Un objectif ambitieux mobilise les ressources et motive. Mais attention, il ne faut pas confondre objectif et manière d’y arriver. Un long chemin commence toujours par un premier pas.

 

Réaliste

Pour tester le réalisme d’un but, faites une recherche sur Google ou informez-vous auprès de votre famille et vos amis. Si quelqu’un est parvenu à réaliser un objectif semblable, vous aurez toutes les chances d’y arriver. Si un objectif est irréalisable, il vous découragera et vous n’aurez plus envie de vous challenger car vous risquez de manquer de confiance en vous au final. Idem, si l’objectif est trop facile. Vous n’éprouverez aucun plaisir à l’atteindre et vous vous lasserez de cette technique. Soyez ambitieux, comme évoqué plus haut.

 

Temporel

Tout objectif doit répondre à des critères limites en termes de timing. A quelle date l’objectif devra être atteint ? Combien de temps (en années, mois, semaines, …) seront nécessaires.

Poser une dead-line est un excellent moyen de rester concentré et motivé.

 

J’espère que cette méthode vous aidera. Bonne réalisation !

 

Article 3 : Comment pratiquer le lâcher-prise en 4 étapes !

Comment pratiquer le lâcher-prise en 4 étapes

Le lâcher-prise est une sorte de soupape de sécurité indispensable à notre santé mentale et physique. Je l’emploie lorsque le découragement ou les sentiments négatifs pointent leur nez, surtout après des efforts soutenus qui ne semblent rien donner dans l’immédiat.

Oui, le fait de tenir un site sur la psychologie positive ne met pas à l’abri de certains tourments. 

Je vais donc partager avec vous la technique que j’utilise. Je me suis inspiré du livre de Christophe André « Et n’oublie pas d’être heureux« . Le principe est de couper le flux de pensées, déconnecter le mental.

 

1) Décidez de stopper les efforts. Le fait de s’acharner ne changera rien.

2) Acceptez que ce n’est pas ni le moment, ni le lieu, ni la manière. Que cela ne fonctionne pas.

3) Prenez conscience de vos émotions négatives. Acceptez la colère, la déception… Dites-vous que c’est parfaitement normal.

4) Observez la réalité autour de vous. Réintégrez le présent. Vous êtes ici et maintenant. Je vous conseille de pratiquer une marche attentive pour faciliter cette réintégration dans le présent.

 

En bonus, je vous propose les conseils de Daniel Dufour, auteur du livre « les barrages inutiles » qui évoque 2 manières de pratiquer le lâcher-prise : avec le mental et sans le mental.

 

Avec le mental : c’est une décision consciente. On essaie de se convaincre que l’objet de tension n’a pas autant de valeur pour nous. Cette approche s’appuie uniquement sur le mental qui décide, analyse, calcule. Le soulagement est éphémère. Cette méthode est nuisible voire dangereuse selon Daniel Dufour.

Sans le mental : il faut …

 

1) être dans le moment présent : se remettre dans notre corps physique et sensoriel pour être débarrassé des peurs du futur et des regrets du passé.

2) accepter et vivre les émotions liées à l’évènement.

 

Article 5 : Un exercice pour développer son estime de soi !

Lorsque notre estime de soi est au plus bas, nous pouvons rejeter notre propre image. Afin de dépasser ce blocage, je vous invite à tester un exercice de visualisation : le miroir imaginaire.

 

Il nous est proposé par le Dr Dominique Servant.

 

  1. Commencez par imaginer vos cheveux, leur couleur, leur racine, la façon dont vous êtes coiffé aujourd’hui. Essayez de voir vos sourcils, leur écartement, leur couleur. Comme si vous vous regardiez dormir. Essayez de voir la couleur de vos yeux, comme si vous étiez devant un miroir. Puis essayez de voir votre bouche, descendez, si vous portez une chaîne, un bijou, détaillez-le, puis observez le haut que vous portez aujourd’hui.
  2. Essayez de bien imaginer ce vêtement, sa couleur, de voir s’il bouge au contact de votre poitrine aux mouvements de votre respiration. Regardez votre poitrine respirer.
  3. Visualisez ensuite vos bras. Régulièrement et imperceptiblement, vous arrivez en bas de votre ventre. Visualisez le bas du vêtement que vous portez aujourd’hui, sa couleur, sa forme et , sous ce vêtement, essayez d’imaginer votre ventre respirer, les mouvements du nombril à chacune de vos respirations. 
  4. Vous pouvez faire cet exercice du miroir en visualisant l’ensemble de votre corps, en vous mettant debout et en imaginant un miroir devant vous, comme si vous vous regardiez dans une cabine d’essayage. Ils ‘agit de recevoir votre image, de la contempler sans la juger. On peut être amené à changer des éléments ensuite si on le veut, de s’accepter, de ne pas se dévaloriser, se sous-estimer en se comparant aux autres ou à une image idéale à laquelle on voudrait ressembler.

 

Article 6 : LES 7 NIVEAUX DE CONSCIENCE 

LES 7 NIVEAUX DE CONSCIENCE 

Selon notre degré d’évolution personnelle et spirituelle, il semblerait qu’il existe 7 paliers à gravir pour se réaliser...

Les personnes se trouvent généralement au niveau 2 et 3. 

 

Les voici :

1. Le premier plan est le moins élevé et le plus primaire

C’est le plan de la conscience instinctive qui est proche de l’animal. L’être sur ce premier plan est primitif et cherche avant tout à satisfaire ses besoins sexuels et ne connaît pas l’amour. Il est totalement inconscient. C’est un niveau quasi nul au point de vue spirituel, et essentiellement matérialiste. La personne qui se trouve à ce niveau se complaît dans le matériel, c’est-à-dire l’accumulation des biens et l’assouvissement de ses besoins primaires et des plaisirs des sens. De surcroît, elle est convaincue que la mort est une finalité, qu’après la mort il n’existe plus rien. Bien entendu, pour elle, l’existence de Dieu ou d’un être suprême quelconque n’entre même pas dans l’équation.

 

2. Le deuxième plan est celui de la conscience collective.

A ce niveau là, la personne développe son sens des relations humaines. Elle est plus sélective dans le choix de ses partenaires mais plusieurs peuvent lui convenir. Elle ne connaît pas encore l’amour véritable mais le copie. Elle est possessive et considère son partenaire comme lui appartenant. L'ego est très fort à ce niveau. Ce plan est émotionnel et c’est la que se situe la majorité de l’humanité de notre belle planète. Il s’apparente aussi beaucoup au premier, les possessions matérielles sont encore dirigeantes, une pierre angulaire dans la vie de ces personnes. L’assouvissement des sens tient encore une place prédominante, et ces personnes ont d’ailleurs tendance à croire que la valeur des gens est proportionnelle aux biens qu’ils possèdent. Par contre, dans la majorité des cas, les personnes du second niveau d’évolution croient en l’existence d’un être suprême, mais elles ont aussi tendance à créer un dieu qui sert leurs intérêts. Leur spiritualité est très rudimentaire et par conséquent leur image de dieu l’est aussi.

 

3. Le troisième plan est celui du mental.

Là, l’individu situe son JE. Il commence à s’individualiser. C’est le plan du pouvoir personnel, de l’énergie, des idéologies (religieux, politiques, économiques). C’est le plan des leaders. Il fonctionne selon la dualité du mental (amour-haine, dominant-dominé etc.). Ils vivent des relations qui ne sont pas le véritable amour, mais s’en approche. C’est le plan de la prise de conscience, de la réflexion. L’individu à ce niveau élargit ses connaissances en ésotérisme, en spiritualité. Il prend conscience qu’il existe une autre dimension. Sur ce niveau, on rencontre des gens qui accordent encore une certaine importance à l’aspect matériel, mais tout en croyant sincèrement en quelque chose. La majorité d’entre nous serions à ce niveau d’évolution ou de conscience, où les personnes semblent parfois assise entre deux chaises, amassant des biens matériels, sans toutefois y accorder la valeur ou l’importance que leur accordent les personnes des deux premiers niveaux, jouissant des plaisirs des sens, mais croyant en un Dieu, mais nous en remettant plus souvent qu’autrement entre les mains de ceux qui nous disent en qui il faut croire et ce qu’il faut croire.

 

4. Le quatrième plan est causal.

C’est le plan où vous pouvez vous connecter à votre âme. A ce niveau, vous pénétrez dans la partie de l’âme, celle de l’amour (l’amour spirituel). A ce niveau, vous pouvez vivre l’amour avec une âme-sœur. Votre partenaire est tellement proche de vous qu’il n’y a aucun effort à faire, aucune concession. C'est la fusion. C’est le plan des créateurs, des artistes, qui expriment la beauté sous toutes ses formes. A ce niveau on a envie de donner et d'ÊTRE. Ce niveau marque aussi le début d’une certaine spiritualité. Les personnes qui ont atteint ce niveau ne sont plus préoccupées par l’accumulation de biens : elles n’ont plus besoin de ce genre de preuve pour prouver leur importance ou justifier leur existence. Elles apprécient les plaisirs des sens, sans toutefois se laisser dominer par leurs émotions ou leur passions, elles perçoivent la totalité de leur nature et elles sont conscientes du lien qui existe entre le physique, l’intellect, les émotions et la spiritualité et elles assument leur responsabilité de leur pensées, de leur sentiments et de leurs actes.

 

5. Le cinquième plan est celui de la super-conscience.

L’amour est manifesté et exprimé pleinement. C’est celui de la pensée symbolique. A ce niveau on peut se passer de sexualité. C'est le niveau des grands comme Beethoven, De Vinci, Pythagore etc. La seule partenaire possible est son âme-jumelle, son complément, son miroir. C’est le plan des guides spirituels, des Maîtres. Ses dons psychiques se développent naturellement, et elle accroît sa capacité de guérison. On atteint ce niveau par une illumination. Elle enseigne l’amour et guide l’humanité. À ce cinquième plan, les personnes sont dotées d’une sensibilité très raffinée, elles perçoivent l’univers comme un tout. Elles ne repoussent pas l’aspect matériel des choses, mais, par contre, l’accumulation de biens n’est pas une préoccupation. Elles ont atteint un niveau où leur intuition joue un rôle important et elles arrivent à développer assez rapidement (et assez facilement) leurs dons psychiques et s’en servent volontiers, principalement pour aider les autres. Elles s’appliquent aussi, de façon diligente, à se débarrasser de leur préjugés.

 

6. Le sixième plan est celui de la conscience intuitive de l’âme.

A ce niveau l’être n’a plus d'ego, il n’est plus qu’une âme rayonnant d’amour et de lumière. Il est un message vivant de l’harmonie universelle. Il a réalisé le mariage mystique (union divine). Il représente Dieu sur terre.C’est l’ermite solitaire constamment dans la béatitude. Il n’a plus de personnalité car il fait partie du TOUT. Il est proche de la fusion définitive avec l’esprit éternel. À ce sixième plan, l’Individu unifie ses sens et sa spiritualité. Il s’est pratiquement libéré de ses passions et ses émotions ne le contrôle plus. Il est conscient de son corps physique, mais les biens matériels ne l’intéressent plus vraiment. Il fait d’ailleurs peu de cas des contraintes et des limites humaines et sa pensée devient universelle; il s’est complètement libéré des préjugés. Il communique aisément avec les entités de l’au-delà, ainsi qu’avec son Moi supérieur; il connaît les raisons pour lesquelles il s’est incarné dans cette existence et comprend les leçons qu’il est venu apprendre. Il est pleinement conscient de son évolution et du niveau de conscience qu’il a atteint, sans en faire tout un plat.

 

7. Le septième plan est celui du divin, de la conscience cosmique.

Le corps s’embrase, le feu monte dans les canaux éthériques et l’énergie divine vous transforme en être de lumière. Vous tombez dans la conscience cosmique et l’illumination, et vous y restez pour l’éternité. Il s’agit donc du niveau le plus élevé de l’évolution humaine. La personne qui y accède n’a plus qu’une préoccupation spirituelle, rien d’autre n’existe à ses yeux. Cette personne se situe en quelque sorte entre la matière et Dieu : il n’est plus question pour elle de suivre les lois divines comme telles, parce qu’elles font parti de sa nature intrinsèque. Cette personne est ce qu’on qualifie habituellement de Maître, d’initié, c’est-à-dire quelqu’un qui a réussi la parfaite harmonisation entre le corps, l’esprit et l’âme. C’est un état très rare.
 

Il n'y a pas d'âge pour réapprendre à vivre. On dirait même qu'on ne fait que ça, toute sa vie. Repartir. Recommencer. Respirer à nouveau.  - SAGAN -

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.